C’est parti, on démarre à Candes-Saint-Martin. Et ce Martin vous le connaissez… au moins de réputation. C’est l’évêque de Tours, connu pour avoir découpé son manteau pour en donner la moitié à un pauvre. C’est aussi lui qui est à l’origine de l’été de la Saint-Martin : lorsque la dépouille du saint-homme a été transportée en bateau le long de la Loire de Candes-Saint-Martin à Tours, la légende dit que les fleurs se sont mises à éclore en plein mois de Novembre. Depuis l’expression est restée pour désigner les quelques beaux jours tardifs de l’automne.

 

Le village de Candes-Saint-Martin mérite toute votre attention. Localisé à la confluence de la Vienne et de la Loire, ce haut lieu de la batellerie a compté jusqu’à 3 000 habitants. Son patrimoine architectural est exceptionnel avec une collégiale, deux châteaux et de nombreuses demeures Renaissance. Autant d’atouts reconnus par les habitants de la région Centre-Val de Loire qui l’ont choisi pour représenter leur région à l’élection du plus beau village de France en 2016.

 

Et maintenant, on embarque pour Chinon en remontant la Vienne à bord d’une gabare ou d’une toue cabanée.  Nous laissons derrière nous deux des trois AOC du triangle d’or viticole, Bourgueil et Saumur, alors que la troisième, Chinon se dévoile sous nos yeux. Et c’est l’heure du pique-nique. Pour accompagner notre Chinon et sa robe rubis, soyeuse et profonde et ses arômes de fruits rouges et de violette, pourquoi ne pas se laisser séduire par une fouace rabelaisienne ? Ce délicieux petit pain enrichi d’épices, de beurre et d’œufs est si savoureux, que Gargantua a déclenché les guerres picrocholines contre les fouaciers qui refusaient de lui vendre leur production. Envie d’une autre gourmandise ? Essayons les poires tapées, ces fruits conservés par une technique de déshydratation éprouvée depuis le XIème siècle.

 

Mais au fil de l’eau, le temps passe et nous voici arrivés devant Chinon et nous avons le plus beau des points de vue sur la forteresse royale. Songez qu’elle a accueilli Richard Cœur de Lion, Aliénor d’Aquitaine, Charles VII et Jeanne d’Arc, venue voir le roi, avant la libération d’Orléans.

 

Il est temps de descendre du bateau pour aller admirer la cité médiévale de Chinon. Et au détour d’une petite rue, asseyez-vous en terrasse et profitez de la douceur chinonaise, savourez…vous êtes bien, très bien.

Previous Next
  • Héron cendré
  • Fouaces rabelaisiennes
  • Forteresse de Chinon depuis la Vienne
  • Collégiale de Candes-Saint-Martin
  • Candes-Saint-Martin depuis l'estuaire

RECEVEZ TOUTE L'ACTUALITE

Chaque semaine, découvrez en avant-première le nouveau dossier du magazine J' LA FRANCE
Adresse email
Prénom
Nom
Code Postal
Pays