Passionnés d’histoire, amoureux des femmes, hédonistes, Poitiers et les pictaviens n’attendent que vous ! Du roman, du gothique, une statue de la liberté vous séduiront autant que le dynamisme des 26 000 étudiants qui font battre le cœur de ville et animent les terrasses de la Place du Maréchal Leclerc.

Mais commençons par la créature féminine la plus célèbre de Poitiers : Notre Dame la Grande. Il est très probable que vous ayez vu ce trésor de l’art roman du 12ème siècle dans votre livre d’histoire. Roman, gothique, vous êtes perdus ? Allez, on vous donne un truc facile pour les différencier :  les arcs romans sont en plein cintre, c’est-à-dire en demi-cercle alors que ceux des églises gothiques sont en forme d’ogives. Le chef d’œuvre de Notre Dame la Grande, c’est sa façade. Regardez au-dessus des trois portails, vous reconnaitrez facilement la tentation d’Adam et Eve, l’Annonciation avec l’archange Gabriel, ou encore la Nativité et le bain de l’enfant Jésus.

A deux pas de vous, dans le quartier Montierneuf, rendez-vous Place de la Liberté. Elle porte bien son nom, cette place, puisqu’en son centre, trône… une réplique de la Statue de la Liberté ! Si l’originale, offerte par la France aux Etats-Unis d’Amérique, s’exhibe à New-York depuis 1886, celle de Poitiers a pris place en 1903.

Sur le chemin de retour vers le centre-ville, une pause s’impose… à la médiathèque François Mitterrand. Les pictaviens et les étudiants peuvent y emprunter des livres, des disques, des films mais aussi des œuvres d’art ! De quoi embellir un salon et changer régulièrement la déco.

Pendant qu’on y est, un petit tour au TAP. TAP pour « Théâtre Auditorium de Poitiers ». Ces gros cubes jaunes, que l’on doit à l’architecte portugais João Luis Carrio de Graça, abritent un auditorium dont la qualité sonore est reconnue par les plus grands pianistes.

Impossible de ne pas aller faire un tour dans le quartier épiscopal où vous attendent une cathédrale, un baptistère et l’église Sainte-Radegonde. Radegonde, une femme à poigne ! Elle épouse un des fils de Clovis en 540, puis fonde le premier monastère féminin et surtout elle terrasse la Grand’Goule un monstre horrible et sanguinaire, sorti des eaux du Clain et qui dévore les religieuses.

Toutes ces émotions vous ont creusé l’appétit ? Qu’à cela ne tienne, les rues piétonnes de Poitiers fourmillent de bonnes adresses pour vous délecter. Ici on sait vivre. Une petite soif ? Rendez-vous Place du Maréchal Leclerc, pour admirer l’hôtel de ville, majestueux au milieu de cette place très prisée par les étudiants, et endroit rêvé pour un apéro en terrasse. Bien calé sur votre chaise, admirez le vitrail au-dessus du portail du bâtiment. Il représente Aliénor d’Aquitaine, Reine de France puis Reine d’Angleterre qui autorise les habitants de Poitiers à s’administrer par eux-mêmes : ici, il y a un maire depuis l’an 1200.

Bon, on vous laisser siroter en très bonne compagnie.

Previous Next
  • Notre Dame la Grande © Vox inzebox
  • Gargouille de Sainte-Radegonde © Vox inzebox

RECEVEZ TOUTE L'ACTUALITE

Chaque semaine, découvrez en avant-première le nouveau dossier du magazine J' LA FRANCE
Adresse email
Prénom
Nom
Code Postal
Pays