Previous Next

Cha ba da ba da, cha ba da ba da…. En 1966, le monde entier découvre les Planches de Deauville avec le film de Claude Lelouch « Un homme et une femme ». Résultats des courses : 50 récompenses dont une Palme d’or à Cannes et deux Oscars à Hollywood.

Les Planches, une véritable institution

Mais les Planches sont bien plus anciennes que la rencontre mythique entre Anouk Aimé et Jean-Louis Trintignant. Au XIXe siècle, elles étaient perpendiculaires à la mer, histoire d’éviter de patauger dans un marais pas encore reconquis et de faire rouler les cabines à roulette en vogue à l’époque. En 1921, le maire Eugène Colas décide de faire bâtir un nouveau front de mer. Deux années plus tard, l’architecte Charles Adda signe l’établissement des Bains Pompéiens, somptueux ensemble Art déco et imagine une promenade de bois pour éviter que les femmes ne salissent leurs jolies robes.

Les Planches, voir et être vus

A l’origine, les Planches étaient en sapin rouge du nord avant d’être remplacées par de l’azobé, un bois africain qui résiste mieux à l’humidité normande. Très vite, elles s’imposent comme un théâtre de la comédie humaine, l’une des plus belles scènes du monde. Personne n’y résiste parmi les riches et les grands de ce monde et surtout pas le « Tout-Paris » des Années folles qui s’y promène inlassablement : Joséphine Baker, Mistinguett, Sacha Guitry, André Citroën, Coco Chanel, Eugène Boudin, Fujita…Sur les Planches, ils sont tous à la fois acteurs et spectateurs. Bientôt, les congés payés vont attirer une nouvelle population, plus familiale et moins aisée. Beaucoup vont rêver d’avoir la chance de Françoise Sagan qui gagne en une soirée au casino de Deauville l’argent nécessaire pour acheter sa maison de Normandie.

Des Planches toujours cinématographiques

En 1975, la ville rend hommage au Septième art qui l’a fait connaître dans le monde entier grâce à « un homme et une femme » et à la cinquantaine de films qui y ont été tournés. C’est l’acte de naissance du Festival du Cinéma Américain. A partir des années 90, les noms des plus grands acteurs et réalisateurs sont peints sur les « lices » qui bordent la promenade de bois. Et  la « star » dont le nom est affiché vient l’inaugurer en personne ! Ce Sunset boulevard à la française est loin d’être un musée. Il continue à accueillir en septembre les légendes vivantes du cinéma américain.



Jolie tempete de sable #deauville #beachlife #beachoftheweek #beaches #beachoftheday #plage #littoral #normandie #normandybeach

Une publication partagée par DEAUVILLE OFFICIAL (@deauvilleofficial) le


  • Les planches de Deauville © Béatrice Augier - Office de Tourisme de Deauville
  • Les planches de Deauville © Patrice Le Bris - Office de Tourisme de Deauville

RECEVEZ TOUTE L'ACTUALITE

Chaque semaine, découvrez en avant-première le nouveau dossier du magazine J' LA FRANCE
Adresse email
Prénom
Nom
Code Postal
Pays