Abbaye d'Aubazine

Abbaye d'Aubazine

Posée sur un éperon rocheux, au milieu des bois et des torrents qui courent de Tulle à Albi, l’abbaye d’Aubazine a supporté avec une « zénitude » toute cistercienne les outrages du temps et des révolutionnaires.

 

L’abbaye d’Aubazine, une harmonie intemporelle

Fondée au XIIe siècle par l’ermite Etienne et ses compagnons, l’abbaye a conservé la sérénité lumineuse voulue par son créateur qui souhaitait établir un lieu « physiquement séparé de tous, mais spirituellement uni à tous ». Depuis, un petit village a poussé au flanc des imposants murs de pierre de taille, repoussant au loin la forêt omniprésente. Mais rien n’a vraiment changé depuis plus de 800 ans. Ce serait dommage de ne pas profiter de ce concentré exceptionnel d’art roman.

 

L’abbaye d’Aubazine, au cœur de l’aventure cistercienne

Poussez la porte de l’espace muséographique cistercien, situé dans l’ancien presbytère de la commune et vous voilà au sein d’une communauté monastique du Moyen Age. Il ne vous reste plus qu’à vous laisser entrainer dans les dédales de cette splendeur corrézienne. A l’heure du « tout urgent » et de la connectivité frénétique, vivez l’expérience unique de déambuler dans le cloître, dans la salle capitulaire où se réunissaient les moines, de découvrir leur dortoir ou le scriptorium, l’atelier des copistes. Tout ici est calme, paisible, même la cuisine. Rien pour troubler le recueillement.

 

L’abbaye d’Aubazine, une pépinière d’ingénieurs

Mais il n’y a pas que des expériences spirituelles dans un monastère, a fortiori quand il est cistercien. Génie des arts sacrés, les moines du XIIe siècle étaient aussi d’ingénieux ingénieurs. Pour alimenter en eau leur monastère et leurs moulins, ils ont construit un canal qui défie les obstacles naturels de la vallée du Coyroux. Une véritable prouesse technique, unique en Europe, qui s’étend sur près de 1500 m.

 

L’abbaye d’Aubazine, source d’inspiration

On ne sort pas indemne d’un séjour à Aubazine. Cela ne veut pas dire que l’on en garde des séquelles mais que la beauté épurée de ce décor monacal ne peut que vous impressionner, vous irriguer. Au début du vingtième siècle, l’abbaye a accueilli dans l’orphelinat tenu par les sœurs, une pensionnaire promise à un avenir brillant, la jeune Gabrielle Chanel. Placée par son père de 12 à 18 ans, « Coco » forgea à Aubazine un goût pour la pureté des lignes et la sobriété des formes très…« made in Cistercie ».

  • Abbaye d'Aubazine

RECEVEZ TOUTE L'ACTUALITE

Chaque semaine, découvrez en avant-première le nouveau dossier du magazine J' LA FRANCE
Adresse email
Prénom
Nom
Code Postal
Pays