Previous Next

Un jardin zen japonais, la maison de la plus grande exploratrice du Tibet… un doux parfum d’Orient semble flotter au-dessus du pays de la lavande et des oliviers. Non, ce n’est pas l’effet de l’opium. A Digne-les-Bains, l’Asie est vraiment aux portes de la ville et même à l’intérieur !

 

Une amitié franco-japonaise ancrée  dans le roc

Un jardin nippon à Digne ? Ce n’est pas une plaisanterie, simplement le fruit d’une relation extraordinaire, tissée depuis de longues années entre Japonais et Provençaux. La flamme est née sur le site de la Dalle aux ammonites, un ensemble géologique rarissime formé de milliers de coquillages. Fascinés par cette curiosité naturelle, des scientifiques japonais ont commandé un moulage de 160 m2…pour l’emporter sur leur île. Alors les Dignois ont à leur tour voulu conserver une part d’Asie dans leur cité à travers un jardin japonais.

 

Un jardin oriental en terre provençale

C’est une invitation au voyage, à ne surtout pas décliner ! A l’entrée du parc du Musée-Promenade, le jardin japonais de Kamaïshi, du nom de la ville jumelée avec Digne-les-Bains, a été conçu autour du thème de « l’Homme et ses saisons ». Avec ses cascades, ses ponts, ses bassins, ses petits édifices cultuels, ses bancs, sa végétation typique des espaces zen, il symbolise toutes les étapes de la vie au fil des mois et des floraisons. Flânez, relaxez-vous, détendez-vous, ici tout est harmonieux, tout est zen. Et si vous avez des petites envies de méditation et de contemplation, c’est normal, la magie asiatique opère même très loin de Tokyo.

 

La maison d’Alexandra David-Néel

Une chose est sûre, Alexandra David-Néel aurait adoré ce jardin venu d’Orient. La première femme européenne à pénétrer dans la cité interdite de Lhassa, au Tibet, en 1924 avait choisi comme havre de paix la petite ville des Alpes de Haute Provence. Cette exploratrice et écrivaine avait été séduite par les paysages préalpins de la région qu’elle comparait à un « Himalaya pour lilliputiens ». Elle aimait  se ressourcer  entre deux aventures  dans cette enclave tibétaine en terre d’occident. Faites un tour guidé dans la maison de « la femme aux semelles de vent », baptisée « Samten Dzong » (« Forteresse de la méditation »). On y trouve aujourd’hui, en plus de l’âme de l’intrépide Alexandra, sa collection de photos, des expositions sur la culture himalayenne et une boutique d’artisanat tibétain. Parce qu’il n’y a pas que la méditation dans la vie !

  • Maison d'Alexandra David-Néel © Cyrille de Villele - Mairie de Digne Les Bains
  • Jardin Kamaishi © Office de Tourisme de Digne Les Bains

RECEVEZ TOUTE L'ACTUALITE

Chaque semaine, découvrez en avant-première le nouveau dossier du magazine J' LA FRANCE
Adresse email
Prénom
Nom
Code Postal
Pays