Previous Next

Tout au nord de la Corse, au pays des maisons et des villages de pierres, de la garrigue et du maquis, il est difficile passer à côté de ces extraordinaires demeures entourées de parcs arborés de palmiers et d’essences exotiques. Approchez-vous d’elles, vous sentirez une atmosphère venue d’un autre continent

 

Des maisons venues d’ailleurs

Ces grandes bâtisses rectangulaires de style néoclassique du Cap Corse ont été construites du milieu du XIXe siècle jusqu’au début du siècle suivant. Il y en a plus de 130 sur cette péninsule escarpée et le village de Sisco en compte même 47 ! Ici, on les appelle les palazzi ou e case di l’americani, c’est à dire les Palais ou les maisons d’Américains et pourtant aucun Rockefeller ou Bill Gates, aucun touriste « bling-bling » ne s’est installé dans la région. L’explication est beaucoup plus simple. Et beaucoup plus belle.

 

Des aventuriers brillants et généreux

Au XIXe siècle, près de 2000 marins intrépides venus du Cap Corse ont traversé l’Atlantique en quête d’eldorado. Beaucoup sont revenus les poches vides sur leurs terres austères de Méditerranée mais certains ont fait fortune aux Amériques, dans les mines d’or, le commerce, la culture du café ou de la canne à sucre. Ils sont devenus les bienfaiteurs de leur village, ont entretenu les routes, installé des fontaines sur les places. Et ils ont fait construire à grands frais au pays une maison à la gloire de la famille ainsi qu’un tombeau somptueux, autre signe de leur réussite sociale. Tout autour de la péninsule, dans les cimetières ou parfois isolés sur des promontoires, se dressent les imposants « tombeaux des Américains » en marbre de Carrare, réalisés par des artistes florentins ou génois. L’une de ces sépultures, dans le cimetière de Pino, ressemble même étrangement au plan d’un Taj Mahal miniature avec ses grandes coupoles.

 

Des demeures à découvrir

Certains de ces palais sont inspirés de l’architecture coloniale comme la Villa saint-Pierre à Sisco, copie de l’Opéra de Bolivar. Dans le hameau de Chioso, la villa Gaspari-Ramelli garde les souvenirs du docteur Santos Gaspari, gouverneur de la province vénézuélienne de Guyana, et sert d’écrin à de nombreuses manifestations artistiques. Dans le hameau de Pecorile, Anton Ghilfucci a fait bâtir son palais sur le modèle d’une hacienda. Il y a des centaines d’histoire à raconter, plusieurs par maison ! Parmi des dizaines d’autres bijoux, ne ratez pas les merveilles de Pino, de Luri ou de Morsiglia.

  • Villas des Américains © Office de tourisme de Bastia

RECEVEZ TOUTE L'ACTUALITE

Chaque semaine, découvrez en avant-première le nouveau dossier du magazine J' LA FRANCE
Adresse email
Prénom
Nom
Code Postal
Pays